Ce respect était motivé avant tout par des croyances religieuses, bien plus que par un réel désir de protection des milieux naturels. De plus, ces déchets ne sont pas dus uniquement à la consommation individuelle, puisqu'une grande partie sont produits par les industries. C'est à la fin des années 1970 que les premiers ministères de l'environnement voient le jour, avec la création le 2 décembre 1970 de l'Environmental Protection Agency par le gouvernement Nixon aux États-Unis[129], suivi en janvier 1971 par la France[130] et en mai de la même année par l'Australie[131]. Le manque de vision stratégique holistique bloque un certain nombre d'avancées pour l’environnement (ex Cf protocole de Kyoto et taxe carbone qui est l'exemple d'un échec majeur). Protéger la planète et l’environnement est une préoccupation heureusement de plus en plus répandue. La plupart des états sont conscients de ces enjeux forts, comme en atteste la tenue régulière du forum alternatif mondial de l'eau[45]. Installer un aérateur de robinet ou encore une pomme de douche à faible débit, ce qui peut réduire de moitié la quantité d’eau que vous utilisez. Certaines religions animistes et celtiques faisaient des éléments de la nature, comme les sources, certains animaux ou plantes, des divinités. Le terme est parfois utilisé pour désigner, non pas un événement ponctuel, mais une action ayant des effets négatifs importants et constants sur l'environnement[83]. Cette discipline a pour origine une bataille politique sur l'utilisation de la vallée d'Hetch Hetchy en 1895 et opposait l'approche « préservationniste » du naturaliste John Muir (il est le promoteur de la protection de grands espaces vierges) et l'approche « conservationniste » (ou « ressourciste ») de Gifford Pinchot (il a une approche managériale des ressources)[2]. La décroissance est un modèle théorique qui prône la décroissance de l'économie dans le but de réduire les impacts humains sur l'environnement. Il propose certains calculs mettant en évidence l'élévation de la température en fonction de l'élévation de la concentration en CO2 ; il formule l'hypothèse du lien entre des variations de concentration au cours des âges géologiques, expliquant les variations de températures correspondantes. Précurseur de l'écologie, il sensibilise et incite ses lecteurs à endosser la responsabilité de la beauté de la nature, condition pour l’épanouissement de la nature et de l’humanité[9]. Ils ont été respectivement et notamment vulgarisés par de nombreux auteurs, dont Paul-Émile Victor et le commandant Cousteau. Les pollutions des eaux douces se retrouvent dans les mers et les océans, de par le cycle de l'eau, et viennent ainsi aggraver la pollution marine. Au niveau international, des accords comme le protocole de Kyoto imposent des quotas maximum d'émissions de gaz à effet de serre[100]. Les cours d'eau ne se limitant généralement pas à un seul État, ils sont devenus des enjeux géopolitiques stratégiques déterminants à la source de nombreux conflits. Le 3 mars 1973, la convention de Washington[Note 16] est adoptée par un grand nombre de pays. Plus récemment, des artistes ou des personnalités utilisent l'art pour sensibiliser la population à la défense de l'environnement : c'est le cas par exemple d'Al Gore, qui réalisa un film An inconvenient truth, ou le photographe Yann-Arthus Bertrand. Depuis quasiment les débuts de l'art, l'environnement a été une source d'inspiration inépuisable pour l'homme. Il n'existe pas de définition officielle et arrêtée de la conservation de la nature, mais les termes employés sont souvent les mêmes que ceux utilisés pour expliquer le développement durable. Cela nécessite une prise en compte des problèmes relatifs aux externalités liées à une activité, qui induisent un coût environnemental non pris en compte par le responsable[170] ; par exemple, un agriculteur ne va pas payer les coûts engendrés par une éventuelle pollution de l'eau par les pesticides, ou un transporteur ne va pas payer pour les gaz rejetés dans l'atmosphère[Note 19]. Par exemple, il est très difficile d'attribuer un montant à un air de bonne qualité ou de chiffrer les impacts d'une pollution sur l'eau. La prise de conscience de l'existence d'un environnement s'est développée par vague et de manière différente selon les époques, les régions et les cultures humaines[12]. 2 Une mission au cœur du développement du Québec Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Pcs a pour missionar d’assurer la protection de l’environnement et Le mot environnement est à différencier du mot nature qui désigne les éléments naturels, biotiques et abiotiques, considérés seuls[Note 2], alors que la notion d'environnement s'intéresse à la nature au regard des activités humaines, et aux interactions entre l'homme et la nature[8]. Il existe un pan de recherche portant spécifiquement sur les relations que l’humain entretient avec l’environnement, soit l’anthropologie de l’environnement. En juin 2015, quelques mois avant la Conférence de Paris sur le climat (COP 21), le pape François publie l'encyclique Laudato si' (« sur la sauvegarde de la maison commune »). Ceux-ci étant également liés aux activités humaines, ils sont affectés, et leur état est globalement en cours de dégradation[46]. 14 conseils pour protéger l'environnement des matières plastiques; Le plastique met en péril la vie terrestre et maritime. 3. Les performances électorales de ces partis dans les pays développés se sont globalement améliorées des années 1980 à nos jours. On estime que l'ensemble de l'humanité produit entre 3,4 et 4 milliards de tonnes de déchets par an, soit environ 600 kilos par an et par personne[Note 11]. Les représentations d'animaux ou de paysages jalonnent l'histoire de l'art, et il n'est pas une époque qui fasse exception à la règle[27]. Maintenant, imaginez-vous l’impact sur l’environnement et sur la vie de l’homme à long terme. Vers la reconnaissance du crime environnemental ? L'histoire de l'environnement est une sous-division de l'histoire qui intéresse de plus en plus de chercheurs. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mais aussi, elles cherchent souvent aussi à montrer que les divisions courantes dans la pensée occidentale entre la nature et la culture, ou entre la société et l’environnement ne sont finalement pas universelles et s’ancrent plutôt dans des constructions modernes, dans la suite des travaux de Latour[99]. En juin 1992, lors du sommet de la Terre de Rio de Janeiro, l'environnement a été défini comme un « bien commun » ou un « bien public ». Nous devons apprendre à nos enfants distingué les produits que nous utilisons (produits biodégradable) et a commencé à trier tout les plastiques et les déchets non reciclable. Restaurer, protéger et gérer la nature a un coût, qui peut être comparé à l'estimation de ce que coûterait le fait de ne pas le faire. Pour les autres sens du mot Environnement, voir l'article, « crucial pour la réussite des autres objectifs énoncé dans la Déclaration du Sommet du Millénaire », Observation (monitoring) de l'environnement, Relations de l’humain avec l’environnement, Techniques de protection de l'environnement, Réduction des émissions de gaz à effet de serre, Environnement : un des trois piliers du développement durable, Philosophie et éthique de l'environnement, « compromet le développement et menace les progrès futurs en matière de développement », « menace également tous les aspects du bien-être humain. Dans ce domaine, les efforts restant à faire sont grands pour assurer une gestion durable de la majorité des ressources que nous utilisons. Le thème a notamment été largement utilisé dans les médias pour parler de l'impact écologique du barrage des Trois-Gorges[84]. La plupart des grandes villes françaises sont soumises à un trafic routier intense, lié au tourisme, mais également aux incendies comme dans le sud de la France. Un kami peut être toute entité supérieure à l'homme par sa nature. On parle de régression et dégradation des sols lorsqu'un sol perd en qualité ou que ses propriétés changent[39]. Garder une carafe d’eau dans le réfrigérateur pour que vous ayez toujours de l’eau fraîche à portée de la main. M… Des agences ou observatoires de l'environnement se sont constitués dans de nombreux pays. Pour les ressources non renouvelables telles que les énergies fossiles[Note 6] et les minerais, l'impact de leur extraction sur l'environnement est relativement faible à court terme. L'avancée de la science a entraîné une plus grande mesurabilité des impacts humains sur l'environnement, d'où provient également une plus grande prise de conscience. Il existe aussi des associations concernant l'éducation à l'environnement et au développement durable (EEDD) ou le lien santé-environnement, comme l'Association Santé Environnement France (ASEF). En réponse à la croissance des impacts négatifs sur l'environnement, et en partie, par la place grandissante de l'intérêt pour l'environnement dans la société, les gouvernements ont élaboré ou mis en place des lois ou des normes techniques, dans le but de réduire les répercussions néfastes de l'activité humaine sur l'environnement. Michael E. Soulé, biologiste américain et l'un des fondateurs de cette science nouvelle, décrit la biologie de la conservation comme la « science de la rareté et de la diversité » (Science of Scarcity and Diversity, titre d'un ouvrage de Michael Soulé). Il faut protéger l'environnement car c'est là ou nous tous vivons, et si l'environnement est sale et abîmé, cela aura des conséquences sur la terre (réchauffement climatique, accumulation des gaz dans l'atmosphère, pollutionde l'air, de l'eau...), et donc sur nous! L'environnement peut grandement contribuer au développement et au bien-être humains, mais peut tout aussi bien accroître la vulnérabilité de l'homme, en engendrant de l'insécurité et des migrations humaines lors de tempêtes, de sécheresses, ou d'une gestion écologique déficiente. C'est le rapport Brundtland (1987) qui pose véritablement les bases du développement durable, et qui en donne la définition de référence : « un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs »[115]. Une nouvelle discipline qui s'adresse aux dynamiques et problèmes d'espèces, communautés et écosystèmes perturbés. nécéssaire, surtout aujourd'hui. L… La première réunion internationale autour de l'environnement fut la Conférence internationale sur l’usage et la conservation de la biosphère, qui s'est réunie en 1968 à Paris[137]. Il est dans un nombre croissant de pays matérialisé par un code de l'environnement, mais sans juridiction spécialisée à ce jour (il n'y a pas de juge de l'environnement, comme il peut y avoir un juge à l'enfance, une spécialité criminelle ou anti-terroriste). Comment protéger l'environnement. Les industries possèdent leur propre station de traitement, ou sont elles aussi reliées à l'égout. C'est un droit technique et complexe, en pleine expansion, et dont les champs tendent à se densifier au fur et à mesure des avancées sociales, scientifiques et techniques. Les pays développés produisent largement plus de déchets que les pays en voie de développement. Le sommet de la Terre de Nairobi, qui s'est tenu en 1982, a été un échec[141], du fait du faible intérêt de Ronald Reagan, alors président des États-Unis, du faible retentissement de ce sommet, et de l'absence de décisions importantes. Enfin, un autre argument souvent repris est qu'un arrêt de la croissance économique serait préjudiciable aux pays les plus pauvres, dont la survie est très dépendante de la croissance, comme le prouve la crise économique de 2008-2009,[126]. L’approche économique de la protection de l’environnement, Robert N. Stavins (Université de Harvard), Robert Tessier, 1990, « Religion et environnement. La biodiversité fait l'objet d'études internationales dirigées par les Nations unies, via un groupe d'experts : l'IPBES[74]. En 2008, 1 million de dollars a servi à restaurer 12.000 hectares de mangroves au sud Vietnam ; mais cela économisera l'entretien de digues qui coûtent plus de 7 millions de dollars/an. Les partisans de la décroissance sont opposés au développement durable, qui accorde une place importante à la croissance et au développement technique[115]. De nombreuses variantes existent qui toutes posent des questions en termes d'éthique environnementale ; les communautés doivent faire des choix difficiles parmi des solutions qui peuvent être classées entre deux grandes tendances : Après 2010, année internationale de la biodiversité, de nombreux états ou l'Europe ont réviser leurs stratégies pour la biodiversité. Le géographe Élisée Reclus décrit avec émerveillement et poésie le milieu dans lequel vivent les hommes tout en constatant les effets du capitalisme sur l’agriculture et l’environnement.